11 oct. 2012

Je suis un monstre


Toute écriture se doit d’être monstrueuse : elle l’est par nature, elle doit l’être par effet.

Imparfaite, embryonnaire et vaine, elle doit pourtant se déployer au rythme de la lecture en dévorant les pensées de ceux qui la contemplent. Révélée, tendue, superbe enfin, elle ira jusqu'à anéantir leurs ambitions.

Autre que soi, il ne reste plus au lecteur pour la combattre que la passion furieuse de la jalousie. Pourvu qu'à son tour, cette passion engendre, dans un cycle maléfique, une écriture encore plus monstrueuse.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire