24 juin 2011

Un jour je partirai par le fil de l’eau. Dans la mer prégnante, en corps froid et salé, imprégné des beautés des épaves du temps, sous les vagues dansantes avec mes noyés . Libre ! jusqu’à battre des pieds au fond d’un océan. J’aimerai partir aussi dans un œil coloré, où je contemplerai, diffractés dans la loupe de larmes à peine écloses, des contractions d’iris mille fois émerveillées par les beautés d’un monde qui pourtant m’indispose. Mais si toutefois, une nuit, je pars dans la pluie, mouillant aux amertumes, décharger mes regrets, j’irai ramer plus fort où naissent les courants, dans l’onde de vos pas et le zéphyr plaisant. Là bas, loin de la tragédie que coulent vos facéties.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire